Index de l'article

 

Les effets visibles du niveau de détail

Une augmentation du niveau de détail du planning se matérialise inévitablement par :

  • un plus grand nombre de tâches à gérer (identification, désignation, affectation, estimation, saisie, suivi, etc.) et de plus nombreux graphes PERT à manipuler,
  • un plus grand nombre de responsables à impliquer et à coordonner,
  • une augmentation nécessaire de la fréquence des points d'avancement,
  • plus de transparence imposée entre les acteurs du projet,
  • un temps et un effort d'analyse plus importants.

Mais au quotidien, cela se traduira par :

  • moins d'explications à donner par le chef de projet sur les attendus de chaque tâche,
  • plus de facilité pour juger du bon achèvement des tâches,
  • une meilleure lisibilité de la stratégie du projet (démarche de développement, procédés mis en oeuvre, etc.),
  • une meilleure précision de l'appréciation de l'avancement réel des tâches et du reste à faire associé,
  • la satisfaction d'enregistrer plus souvent des tâches terminées,
  • un jalonnement plus régulier du projet,
  • une meilleure sensibilité du planning aux perturbations,
  • plus de possibilités offertes pour analyser et proposer des solutions de correction des dérives de délais constatées,
  • des chemins critiques plus faciles à traiter lors des réductions de délais,
  • une délégation plus claire à mettre en oeuvre,
  • plus d'anticipation et beaucoup moins de plus ou moins bonnes surprises de dernière minute,
  • un meilleur sommeil pour le chef de projet !